Le 29 octobre 2014, le pseudo journaliste et écrivain moutouki Pierre PEAN a publié aux éditions FAYARD, dans un style racoleur qui est sa marque de fabrique, un ouvrage intitulé : « Nouvelles affaires africaines et pillages au Gabon ».

L’ouvrage en cause, véritable compilation de kongossa, était très vite apparu comme un ouvrage commandé par des opposants moutouki visant des objectifs politiques précis et comportant nombre d'affirmations diffamatoires contre M. Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République Gabonaise.

M. Ali BONGO ONDIMBA, atteint dans son honneur et sa réputation par différents passages de l’ouvrage a déposé plainte avec constitution de partie civile le 7 novembre 2014 auprès du doyen des juges d’instruction du tribunal de Paris pour diffamation publique envers particulier.

A la suite de quoi, Pierre PEAN, auteur du livre, et Sophie de CLOSETS, directrice de publication des éditions FAYARD, ont été mis en examen le 9 avril 2015 et renvoyés devant le tribunal correctionnel des chefs de complicité de diffamation publique envers particulier et de diffamation publique envers particulier.

Le tribunal de Paris a rendu sa décision ce jour, jeudi 5 octobre 2017. Pour l'essentiel, on retiendra que M. Pierre Péan a été reconnu coupable de diffamation contre M. Ali BONGO ONDIMBA.

Rappelons que la diffamation est une fausse accusation qui porte atteinte à l'honneur et à la considération d'une personne.

Il s'agit précisément d'une allégation ou imputation (accusation) d'un fait non avéré qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération d'une personne. Autrement dit, le fait d'accuser quelqu'un sans pouvoir en emporter la preuve est une diffamation.

Du reste, il y a diffamation même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle est insinuée notamment par l'emploi du conditionnel.

S'agissant de la présente espèce, M. Pierre Péan a été condamné autant au niveau de l'action civile que de l'action publique.

Ainsi, au niveau de l'action civile, M. Ali BONGO ONDIMBA a été déclaré recevable en sa constitution de partie civile.

Au niveau de l’action publique, Pierre PEAN et son éditeur Sophie de CLOSETS ont été déclarés coupables, en qualité d’auteur et de complice de diffamation publique envers particulier et condamnés chacun au paiement d’une amende de MILLE EUROS (1000€).

Le tribunal a aussi condamné les intéressés à payer à M. Ali BONGO ONDIMBA la somme de UN EURO (1€) à titre de dommages-intérêts.

Cette décision de justice est une démonstration supplémentaire de l'art particulier des "enquêtes" de M. Péan qui ne sont bien souvent qu'un ramassis de ragots.

Ali Bongo Ondimba fait condamner Pierre Pean pour diffamation
Retour à l'accueil